Une vie de princesse…

27122012

Une vie de princesse... dans Mélancolie bigandcarrie

J’ai toujours rêvé d’une vie de princesse.

De bijoux.

De belles robes. De toutes les couleurs. De toutes les tailles. De tous les styles: brodées, avec de la dentelle, des perles. Tout!

Des chaussures. Des chaussures par millier.

Et surtout… j’ai rêvé de la belle vie. La belle vie à deux. Avec un prince charmant à mes cotés. Fort. Intelligent. Beau.

 

J’ai toujours rêvé d’une vie de princesse.

Et à mes yeux je n’y suis pas très loin.

A quelques détails près. A quelques détails près qui changent tout.

Après avoir été une princesse aux yeux de mes parents, à mon déménagement à Paris, je me suis vite transformée en princesse de la nuit. Ca été de mon plein grès – « A girl has to eat damn it! And specially in this expensive city, my goodness! Easy money. Fast money. »

Et les belles choses, je les ai connues:

Les bijoux j’en ai eu. Plus que je ne l’aurai jamais imaginé. Des colliers, des perles, des boucles d’oreilles… Et des bagues! Le nombre de diamants qui ont frôlé mes doigts…

Les robes? Ca aussi j’ai connu ca. Mais plutot des robes légères, pleine de dentelles. J’étais la princesse de la nuit et mes tenues, Agent Provocateur généralement, le criaient haut et fort.

Les chaussures? Oh mais pas n’importe lesquelles. A talons, hauts très hauts, à lacets, en cuir.

Mais la vie à deux?

Ca non, je n’ai malheureusement pas connu. Ni la vie mondaine de vraie princesse, en y pensant. J’ai eu d’excellents têtes à têtes, avec des personnes inimaginables. Les plus grands de ce pays sont passés par la. Et je les ai écoutés, je leur ai souris, j’ai appris un tas de choses à leur coté et j’ai accepté tout ce qu’ils m’offraient… de bien – les cadeaux – et de moins bien – l’imagination de certaines personnes peut aller très loin, croyez moi.

Des princes charmants j’en ai donc connu. Mais je n’étais que leur princesse de la nuit. Leur vraie, si je peux encore appeller leur femme de la sorte, les attendait quelque part, le plus souvent dans la cuisine.

 

J’ai toujours rêvé d’une vie de princesse.

Et je l’ai presque eu.

Mais à quel prix?

En peu de temps, Cendrillon s’est vite transformée en princesse de la nuit puis princesse des ténèbres…

Minuit sonne sans arrêt dans mon cas. 

 




Marilyn et toutes les autres femmes admirées

5082012

Marilyn et toutes les autres femmes admirées dans Mélancolie marilyn-monroe-300x300

En regardant les nouvelles ce jour-la, le 05 Aout 2012, elle se rendit compte qu’on « célèbrait » le 50ème anniversaire de la mort de Marilyn Monroe. Morte le 05 Aout 1962, seule dans son lit.

Elle repensa à toutes ces femmes qu’elle a admiré tant: Coco Chanel, Marilyn Monroe, Maria Callas, Dalida.

Elle connaissait leurs vies par coeur, elle avait vu tous les documentaires possibles et imaginables et dévoré leurs biographies. Leur force, leur beauté, leur pouvoir sur les hommes, les changements qu’elles ont apportés, tout d’elles la fascinait… mais c’est surtout leur fragilité et leur détresse intérieure qui l’hyponotisait.

Car femmes elles étaient avant tout.

Tout comme elle.

 

C’est alors qu’elle se rendit compte que toutes ces femmes qu’elle admirait, avaient fini leurs vies tumultueuses et bien remplies… toutes seules. Avec des morts solitaires ou tragiques.

Comme quoi on peut tout avoir, tout connaitre, être au centre du regard de tous, changer les cours des choses, laisser des traces à vie derrière soi… mais rester seule, très seule, jusqu’au dernier moment.

 

 

C’est alors qu’elle bondit de son sofa et alla se faire un verre de Grand Marnier pour se changer les idées.

Elle redoutait que le même destin tragique, qui a touché ses quatre idoles, ne l’attende à elle aussi.

 

 







cornillonchristophe |
Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Franck Bellucci
| Les maux du coeur
| Mes mots...