Une petite histoire Québécoise

6 09 2010

canadien.jpg

 

Il venait d’ouvrir la porte de son bureau quand il l’a vu, assise dans le noir, en train d’écrire, avec une petite bougie à sa gauche comme source de lumière.

- « Ben lâ ! Quecequ’tu fais là là ? Au noir ?!

- Allo, allo ! Ca va-tu ?

- Po pire. Mais tu m’as toujours pas répondu…

- Tu l’vois-tu ben, no ? J’écris à la mitaine. J’ai de l’ouvrage en masse. J’me pogne pas l’cul là tabernac…

- Mais esti pourquoi au noir ? On est à Montréal à’ce que je sache ! Allume la lumière, ca ira plus vite criss…

- Ah’que t’es cave twe parfois ! Scrame d’là ! »

 

Il sorti en claquant la porte. Il était tanné et n’aimait pas pantoute quand elle lui parlait de même. Ca arrivait très souvent ces derniers temps vu qu’elle devait écrire un livre avant la rentrée scolaire. Mais bon c’est une artiste, il fallait lui laisser son espace vitale et respecter ses sauts d’humeur qui l’aidaient à mieux écrire selon elle. Soit.

 

Il alla à la cuisine préparer son souper. Il commençait à frire des nuggets President’s Choice quand il eu envie tout d’un coup de lui faire plaisir en lui préparant son souper préféré. Elle ne le méritait peut-être pas mais bon…

Quelques minutes plus tard, il frappa à la porte de nouveau.

- Ca a pas d’bon sens ! Quecequ’tu veux lâ ?

Il ouvrit la porte et lui posa délicatement sur son bureau leur beau cabaret noir, avec son souper.

- « Oh qu’tes fin !! Ben là là ! Du bagel au beurre de peanut ! J’capote ! Viens-t-en que j’te donne un bec !

- T’sais que t’es tannante avec tes sauts d’humeur ?

- J’sais ben… J’suis rendue au bout avec ce livre… Mais c’est qui mon chum préféré ?

- Bon allez, j’te laisse. J’vas aller faire un tour avec mon char. Je l’ai parké à l’aut’bout d’la rue en plus.  A mon retour, on écoute un film ? Ca’t’dit – tu ?

- Mets-en ! Ca serait ben l’fun. Promis alors. J’avance vite et après j’m’occupe de toi ! »

 

Bon, je v’as pas tordre un bras en continuant cette discussion et en imaginant la suite de l’histoire, ca serait plate, car c’est une histoire comme on en verrait dans presque tous les appartements condos de Montréal.

Et comme dans tous les contes de fées des temps modernes : Oui oui, ils trippèrent ben raides ensemble pour le restant de leur vie, eurent des enfants en masse par la suite ; pis avec le temps elle prit 20 kgs aux hanches, lui 10 kgs à la bédaine, la télé et le frigo devinrent de plus en plus grands et ils déménagèrent à Blainville pour qu’il y ait de la place pour tout le monde et leur truck familial.

 

S’ti qu’j'aime cette langue! :)

  


Actions

Informations



3 réponses à “Une petite histoire Québécoise”

  1. 8 10 2010
    Paola (15:38:19) :

    Hmmmm, je n’ai pas pris 20kgs des hanches encore, mais pour le reste je suis d’accord, cute!

  2. 8 10 2010
    K.line (18:31:54) :

    Loool mais non paola! you’ll never get it! ne t’inquietes pas! avec toute l’energie que tu mets pour les anniversaires de tes enfants, c’est sur que tu n’en auras pas lol ;)
    Bisouus!

  3. 27 02 2011
    dameagnes (08:10:47) :

    Pas tout compris, mais j’ai adooooré ! j’ai même essayé de lire à voix haute pour me rendre compte du « rendu » de l’ensemble !

    EEEuuuuhhh… ce ne fut pas concluant, mais là encore, j’ai passé un très bon moment de lecture !

    Merci !

Laisser un commentaire




cornillonchristophe |
Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Franck Bellucci
| Les maux du coeur
| Mes mots...