Un esprit tordu dès l’enfance

31 01 2010

blood.jpg

Ma mère m’appelait de plus en plus fort. Elle devait me chercher depuis plusieurs minutes car je sentais une impatience dans sa voix. 

J’étais au sous sol tout l’après midi à jouer avec mes petits jouets et mes dessins puis avec notre chien qui était descendu me voir. Je ne l’aimais pas ce chien, mais c’était le chien que ma mère a choisi donc il fallait le respecter et le traiter en toute dignité. Mais je ne l’aimais toujours pas. Il me dégoutait, me mettait hors de moi et rien que son odeur me donnait envie de le tuer.  

Quand ma mère est enfin arrivée au bas de l’escalier, elle resta bouche-bée, toute raide sur la dernière marche. J’ai alors levé lentement ma tête pour la regarder. Elle était complètement troublée, perdue, les mains tremblantes. Je lui souris puis continuai à colorier mes dessins. 

C’est alors qu’elle poussa un cri aigu et sordide. « Qu’as tu fais la ? Comment ?… » 

 

Je regardai alors à ma gauche puis la regardai de nouveau et lui sourit, le regard vide et le visage inexpressif.

J’avais envie qu’elle arrête de crier mais mon dessin me prenait toute mon attention.  Je n’avais pas envie d’être à sa place par contre. La vue ne devait pas être très belle. Le sous-sol pas très bien éclairé.  Son fils au centre, assis sur le sol, en plein milieu de plusieurs feuilles de dessin. A sa gauche le chien étendu, éventré, torturé et entaillé de partout, le sang l’entourant complètement. Elle ne savait plus vraiment qui elle avait devant ses yeux je suis sûr. Elle devait être complètement déboussolée et effarée de voir son fils devant elle avec son « fils adoptif poilu » à ses cotés… jisant mort. 

Elle devait se dire que son fils était un monstre. Et elle n’avait pas tord! Mais savait-elle à quel point je l’étais? Et à quel point je le serai plus tard? Etait-elle consciente que la machine infernale venait tout juste de se déclencher? 

 


Actions

Informations



4 réponses à “Un esprit tordu dès l’enfance”

  1. 1 02 2010
    Elia (00:07:09) :

    oulala! tu y va avec toute force ;)

    tu penses qu’il savait l’ampleur de ses actes?

  2. 1 02 2010
    K.line (19:41:32) :

    Oui!! J’imaginais le garcon qui se retenait depuis que le chien a mis les « pattes dans sa maison ». Il le detestait a un point qu’il le voulait mort!
    Et des l’instant ou il l’a fait, ca a libere ses pulsions sauvages… menant dans quelques annees a d’autres assassines!
    Et il se rendait compte qu’il venait de faire quelque chose de grave mais reste froid et de marbre face a ca, comme les assasins qui regardent a chaque fois les situations avec retrait et froideur…

  3. 2 02 2010
    Elia (19:48:44) :

    mais alors est-ce vraiment sa faute? ou bien, faut-il rester inactif devant une attitude pareille?

    Y a-t-il une facon par laquelle cela aurait pu etre eviter, ou bien pour eviter le pire apres que cela soit passer ?

  4. 4 02 2010
    bluechris91 (19:10:54) :

    Magnifique texte!! ça fait froid dans le dos!!! Lol! Bisous!

Laisser un commentaire




cornillonchristophe |
Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Franck Bellucci
| Les maux du coeur
| Mes mots...